recents

LES CHRONIQUES D’ARSENE: UNE HISTOIRE DE TACOS

Comme le dit un proverbe mexicain : « un homme mort ne parle plus » alors conscient de cette problématique, nous décidons donc de nous intéresser à ce plat mythique qui a traversé des générations et des frontières : Le Mexique s’invite chez vous.

Plat traditionnel mexicain, le tacos vu qu’il s’agit de lui,  est fait d’une tortilla de maïs sur laquelle on dépose de la viande de poulet ou de porc, de bœuf ou du poisson, que l’on accompagne de sauces et de préparation diverse. Il se mange avec les mains, le plus fascinant est qu’il peut être présent à toutes les cérémonies car facile à cuisiner et délicieux, il sait se mettre en valeur tout seul. S’il y a du tact il y a du Tacos.

 Comment a-t-il fait pour se retrouver près de chez nous, quittant ainsi l’ancienne terre des indiens pour s’étendre partout dans le monde ?

Le tacos fait partie de la vie quotidienne du peuple mexicain. Au-delà de le garder ou de le conserver en patrimoine, mais ceci de manière jalouse, ils ont décidé de le faire découvrir au reste du monde car en découvrant ou en explorant le Mexique et même sa culture, on ne peut parler de Mexique sans tacos. Des valeurs de convivialités ont obligé les mexicains à se tourner vers le monde, par la vague d’immigration répété qui a vu le brassage des cultures et aussi les réinventions de la recette traditionnelle de ce plat emblématique revisité par des  touches personnelles.

Dans cette optique l’apparition des fastfoods a largement aidé d’où le contraste qui nait entre le tacos et le fastfood.

Il n’y a véritablement pas de contraste entre ces deux concepts. Si on part d’une base simple ; qui nous explique que le Tacos est gouteux mais facile à cuisiner, la réalité de notre temps voudrait que tout aille vite ; d’où la création et la multiplication des fastfoods : manger bien mais surtout mangez vite. La cuisine mexicaine a donc bien fait de s’inscrire dans ce sillage. Loin de la retirer ces lettres de noblesse, elle a su s’adapter et s’inscrire dans le patrimoine mondiale de la gastronomie. Ce qui l’a valu, avec la variante de Tacos la plus rependue dans le monde la dénommée Tacos al pastor, une place de choix dans l’univers culinaire. Elle a pu ravir la vedette à d’autres prétendants, séduisant ainsi les gourmets et tous les amateurs de bonnes saveurs et de gastronomie. Les Tacos al pastor proviennent du taco arabe, une recette inspirée aux mexicains par des immigrants du Moyen Orient. Avec leur créativité coutumière, les mexicains ont assimilé ainsi de nombreuses recettes étrangères ; des Taquerias orientales ont été ouvertes, de là est né le classique « Tacos al pastor ». Du classement des meilleurs plats au monde, suivit une liste rendue publique à la fin de l’année 2020 par des professionnelles du domaine où il occupe la première place, secondé par la Pizza Napolitanna et la médaille de bronze est fièrement portée par la célèbre Lasagne.

De quoi nous laisser non pas sans voix mais de comprendre comment notre palais est comblé. En outre, les restaurants et fastfoods locaux devraient jeter leur dévolu sur nos recettes locales qui ont vocation à satisfaire nos papilles et à qui on a découvert des vertus diététiques ; question pour eux de revisiter le tacos en y apportant leur touche ou la « AFRICAN TOUCH ». A nous donc d’user non pas de malice mais de travail acharner pour vendre notre savoir-faire, au moyen de nos plats et de les hisser très haut sur le sommet du monde. Il faudrait donc briser les codes et non pas s’enfermer dans une prison dorée.

Que serait le Mexique sans le Tacos, il y a en a des centaines et le nombre ne cesse de grimper jour après jour. S’ouvrir au monde revient à savoir vendre notre culture au moyen de notre identité et comme le dit un proverbe africain : «  l’hospitalité est un trésor ».

 

Arsene Eloga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Enjoy this site? Please spread the word :)